La fumée du Diable …Valérie Valeix

Quel plaisir de retrouver dans ce polar haletant … la belle apicultrice Audrey Astier … et la sublime plume de Valérie Valeix !!

Encore un polar avec de l’action … du suspens … des conspirations … une nouvelle enquête et toujours autant de rythme !!
La mort de Laure Duclos, jeune apicultrice … et l’intrigue « s’emballe » à nouveau !!
Qu’ajouter de plus que dans ma chronique « Échec à la reine » ??
Que les pièces du puzzle sont encore distillées avec finesse ??
Que le récit est haletant et que l’on y croise des personnages forts, puissants … et charismatiques ??

Encore un polar riche et fascinant que j’ai adoré et dévoré avec bonheur !! Je suis toujours aussi impressionnée par autant de détails et de précision dans l’histoire, le déroulement de l’enquête, …
Un livre qui allie suspens … apiculture. On y découvre le monde « malveillant » des grands groupes de produits phytosanitaires … et bien d’autres « surprises morbides » !!!
ENCORE Bravo !! Quel plaisir !!

Un polar … à la « Alice détective » …

DSC_3083 final mini

p 7 « Un bruit de porte interrompit le fil de ses projets. Elle ne se retourna pas pour protester :
– Je t’ai dit de ne plus revenir ! »
… « La femme n’eut pas le temps de terminer sa phrase, une douleur fulgurante irradiait tout son corps à partir d’un point de pression au bas de son cou. » …
« La porte s’ouvrit de nouveau et un enfumoir d’apiculteur fut déposé sur le palier, son bec-de-fer exhala une fumée blanche, épaisse et mortifère. Dehors les murs du cabanon furent arrosés d’essence
et enflammés. »

DSC_3086 final mini
« Deux heures plus tard, Audrey et Lebel, restaurés, approchaient du manoir de Maurice Pâris. Il était un peu plus de vingt heures trente et il faisait nuit noire.
L’unique réverbère passé à l’entrée de la propriété rendait flous les contours du petit château et plongeait les jardins dans une pénombre bienvenue pour Audrey. »
… « – Tu fais le tour par l’extérieur, tu t’assures que les lieux sont déserts … »

La curiosité n’est un défaut que chez les femmes laides, ce que vous êtes loin d’être. Ce manoir était un cadeau destiné à la maîtresse de Monmartel, une ravissante jeune femme d’à peine quinze ans.
Hélas, elle disparut tragiquement avant la fin des travaux, après avoir accouché d’un fils.

DSC_3089 final mini
p 126 « Parvenue à Garennes, Audrey se gara près de l’ancienne voie ferroviaire.
Elle remonta la rue du docteur Roux à pied. Le portail en bois étant à hauteur de poitrine, ce fut un jeu d’enfant que de l’enjamber d’un saut.
Puis elle traversa le jardin jusqu’à la miellerie noircie par le début d’incendie. Aux abords de la porte d’entrée de la cabane, elle repéra assez facilement l’empreinte de pas dans la terre humide et peu herbue. Elle l’éclaira à l’aide de son portable
et observa les rainures régulières de la semelle de la chaussure, une vague de « W ».

Vous savez comme moi que la course à la rentabilité ne date pas d’hier. Elle a démarré à la fin de la Seconde Guerre mondiale, quand il a fallu nourrir les populations affamées, donc produire à
grande échelle, encouragée en cela par le plan Marshall qui n’avait ni les moyens ni l’intention de donner la becquée à l’Europe ad vitam aeternam. Et encore heureux que Staline ait refusé sa part.
C’est là qu’on a commencé à s’intéresser aux effets destructeurs mais efficaces utilisés durant le conflit…

DSC_3081 final mini
p 371 « Au petit matin qui était frais et gris, Audrey gagna la pommeraie à la rencontre de Rocher. Elle était assez fébrile, tant à l’idée de tomber sur le trésor que de ne pas réussir à identifier le « roi des arbres »
selon le codex en forme de fable de La Fontaine.« … « Après un rapide salut, Rocher lui fit signe de le suivre dans le jardin brumeux aux herbes humides.
– A vous de jouer ! s’exclama-t-il gaiement en faisant un arrêt devant la cabane aux résistants.
– Vous savez que je n’ai pas de pendule. »

Editions Palémon

Genre : Polar

Publié en 2017

RENCONTRE avec l’auteure … Quelques questions pour tenter de découvrir qui se cache derrière le livre !!

Interview à retrouver dans la chronique « Échec à la Reine » du même auteure.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :