Ailleurs jusqu’à l’aube … Marie Murski

 

Une oeuvre poétique …

Une berceuse fleurie sur des mots écorchés …
Un Ailleurs tourmenté, torturé …
un Ailleurs qui nous inonde …
un Ailleurs évocateur … onirique ou cauchemardesque

La poésie des sensations
L’émoi des mots qui se conte à voix haute, pour en saisir toute l’intensité
Les mots qui se cognent, s’inventent, se chevauchent, se caressent, se libèrent, s’emprisonnentse fracassent

Une oeuvre qui, la dernière page tournée se garde encore à portée de main … 
Marie Murski, une poétesse, qui avec merveille sublime les mots …
« elle y trouvait des mots légers suspendus à l’encre, ... » p 166

Quel délice !!

DSC_8556 fonal mini
p 24
« La raison du plus fort se pose sur un fauteuil
allume une cigarette et
tranquillement
regarde mes jambes. »

« Un mot sur un fil
un mot à la gueule pleine de terre
un mot à biffer dans le trop-plein des guerres.

Juste en dessous
un mot fragile
nu comme une balle.

Dans la trame on piétine
on tranche la gorge du mot « hurle »
les autres s’enfuient avec le mot de la fin
bien mis et bien-pensant.

Au bal des mots
on guillotine à demi-mot
la mariée saigne sous son diadème
sans mot dire.
…  »  p 126

DSC_8627 final mini

« Je t’aime
répète inlassablement d’une voix de grille la campanule
à un écho de rue qui la gifle à
tour de bras sous les yeux horrifiés des rails de
tramway encore décousus de
sommeil.
La nuit caresse ses mendiants. A reculons comme les torrents. » p 43

« Là où je tombe
il n’y a pas de saisons où se perdre
pas de corde à écrire
plus de ciel à se mettre au doigt.

Léger
un bruit de gouffre
ôte le voile
m’aide à séduire encore
sous l’ombrelle d’un vertige.

Pendant combien de temps peut-on tomber
avec élégance ? » p 108

DSC_8548 1-6 final bis mini
« J’avais pensé mourir, cela s’était fait sans peine; juste un glissement entre des lèvres peintes … » p 182

« On nous écoute mourir
On nous a pris notre miel et nos parures
dans les cheveux
et la petite lumière dans la chambre d’enfant.

On nous a fait sortir d’ailleurs
pour nous mettre quelque part
On n’a rien dit quand nous avons crié
On nous laisse trébucher
sur le son des hémisphères
On a mis la peur
au centre du motif.

La nuit tombe est-ce vous ?
Le ciel bouge est-ce vous ? » p 100

DSC_2356 1-2 final mini
« La fille a jeté son corps aux poudres
un animal blanc s’agrippe à ses seins de galop
éperdu
Elle rit elle rit
le lierre depuis quelques instants
a disparu entre ses jambes … » p 24

« L’ombre
Lorsque l’on donne si peu à l’ombre, elle cesse un jour de nous gêner.
Elle rassemble son triangle, se multiplie
dans les onglées.
On la voit parfois au loin, menaçante et flâneuse.
On regrette alors de ne pas l’avoir attachée à
son pied quand elle était petite et légèrement sucrée. » p 162

DSC_8648 mini

Les Hommes sans Épaules éditions

Publié en 2019

Genre : Oeuvre poétique

Couverture : image d’Anton Larbie

Première rencontre avec l’auteure … au salon du livre de Andé … en Octobre 2015

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :