Terres promises … Gilles Delabie

Dès les premières pages l‘ambiance est donnée ! La famille Jacquemin est retrouvée assassinée  dans leur maison ! 

Que s’est-il passé ? 

Mais l’hécatombe ne s’arrêtent pas là et le village de Franville, en Normandie, sur les bord de Seine devient le théâtre d’exécutions macabres … 

S’agit-il d’une machiavélique machination, le fait de hasards sournois , des meurtres sans aucun lien ? 

On plonge dans les années après guerre, l’industrialisation, la fin d’une agriculture, … l’auteur aborde des sujets forts de l’actualité de l’époque !  

On comprend très vite que la technique est maitrisée, le rythme est soutenu l’auteur ne nous lâche pas. On le sent d’ailleurs, jubiler derrière son clavier, on ressent sa passion, son bonheur d’écrire, ce lâcher prise judicieusement dosé !! 

Des dialogues pertinents, un brin de cynisme, une écriture vive, un vrai régal pour le lecteur !! 

Je me suis encore délectée de l’univers particulier de Gilles Delabie !!

Sans doute un des meilleurs romans de l’auteur … suivi de très près par « Les communiants de Rouen » !!

Bravo !!

Encore Conquise !!

Ah !! Un soupçon de poésie !!

« Bouvier patienta dans le vacarme de la machine à écrire. Son cerveau imitait la bruyante mécanique, martelant ses méninges, imprimant sur le ruban de ses pensées la trame du drame. » 


P 102
« Bouvier s’agenouilla pour l’observer. C’était un simple couteau, à double tranchant, sa lame était relativement courte et son manche en Bakélite portait encore les inscriptions d’une marque bon marché, de celles qui garnissent les catalogues, le couteau était neuf. …
… – Pourquoi ne l’aurait-il pas jeté à l’eau, ou mieux, conservé avec lui pour le nettoyer ? Comment expliquez-vous qu’on le retrouve dans ces conditions ? 
Le lieutenant qui les écoutait se permit d’argumenter. 
Il a pu le faire tomber malencontreusement … ou … il a été malin … Là où je l’ai trouvé, vous ne pouvez pas l’atteindre sans vous mettre à l’eau … L’espace entre le sol et la poutre, si j’en juge le poids du couteau, sa simple chute peut expliquer qu’il se soit planté de la sorte sur cette poutre de bois tendre. Il s’en est fallu de peu pour qu’il tombe à l’eau, quelques centimètres … Et peut-être n’aurait-on pas songé à chercher à cet endroit ? La preuve, nous avons entamé nos recherches sur un rayon se trouvant devant le ponton, pas dessous … »

« 14 juillet 1954

-Emile ! Non ! Que vas-tu faire ?

Emile Jacquelin enfonça les cartouches dans le canon et leva le fusil. 

  • Emile ! Arrête ! Pense à nous ! A ta mère ! Ne fais pas ça ! Je t’en supplie, ça n’en vaut pas la peine ! Je t’en supplie !

Il les regardait tous les trois, elle sentit qu’il irait jusqu’au bout. 

  • Foutu pour foutu ! Lui répondit son époux le regard perdu, noyé dans la haine et le désespoir. 
  • Elle se jeta sur l’arme, voulant éviter le désastre, au loin les premiers pétards tonnaient, précédant le feu d’artifice, il fut fort médiocre cette année-là, la pluie avait gâché la fête. 

Le 15 juillet à 8h30, le facteur découvrit le cadavre de Josette Jacquelin étendue dans la grande pièce, une balle dans la poitrine, à ses côtés son mari le poitrail ensanglanté, …. »

P 128

  • Salut Kléber ! Alors on ne se quitte plus ? Lui glissa-t-il à l’oreille, j’ai lu sur le bottin que Franville comptait 731 âmes … En comptant un mort par jour … A savoir 1 que multiplie 731 … Voyons voir … Hé ! On a de quoi s’occuper pile poil pendant une paire d’années ! Je te vois venir, pinailleur comme tu es, tu vas me dire « y’en a un de trop » et moi je réponds « même pas ! «  Parce que 56 sera une année bissextile ? Hein ? Ça te la coupe ça ? L’année bissextile …

Chartier lui débitait des âneries en effectuant ses préparatifs, Bouvier l’écoutait sans broncher. Le bon docteur savait que son commissaire était client de son humour noir. Particulièrement en cette journée rocambolesque. Chartier enfilait ses gants de latex en poursuivant son couplet. 

  • Tu sais quoi ? Pour être efficace … Je vais carrément investir dans la pierre et m’installer dans le coin … Hein ? Qu’est-ce que t’en penses ? Une petite villa en bord de Seine ? Enfin, je dis ça … quand on disposera d’un notaire valide ! 
  • Remballe tes blagues à la noix, ça n’est vraiment pas le moment … lui souffla Bouvier qui se retenait de rire, fais ton boulot, je veux savoir avec quoi on l’a abattu. 
  • A première vue, il s’est pris une balle dans le buffet ! Pour le calibre, je te conseille de regarder sur la douille …
  • – Quelle douille ? »

P 261 

« – Ce n’est pas un accident, c’est un véritable attentat … commenta Bouvier. 

  • Absolument pas ! 
  • Quoi ? Pourtant tu viens de dire que … 
  • Tais-toi ! Ravaillac assassinant Henri IV, ça c’est un attentat ! Gavrilo Princip buttant l’archiduc François-Ferdinand et la duchesse d’Hottenberg, ça c’est un attentat ! Pour Archembault, le terme exécution serait plus approprié … Des objections ?
  • Imbécile ! »

13 Editions

Genre : Policier

Publié en 2020

Photo de couverture : Aurélie Taillepied

Portrait 4 ème de couverture : Laurent Lagneau  

RENCONTRE  avec l’auteur …  Quelques questions pour tenter de découvrir qui se cache derrière le livre !!  

Interview à retrouver dans « Le gendre Idéal » du même auteur !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :