Pas sur la bouche … Karine Langlois

 Une « légère inquiétude » durant les tous premiers chapitres avec cette sensation de « déjà vu ». Ce sujet cent fois écrit et raconté, « Une jeune fille abusée par son beau père !! »

Mais l’auteure, avec sa plume et sa psychologie des personnages nous embarque et nous dirige finalement (oh surprise !!) sur …  » un autre chemin ».

On reste suspendu aux lèvres, ou plutôt à la plume de l’auteure et l’on observe impuissant cette descente aux enfers programmée ! Mais y aurait-il, derrière tout ça une découverte plus intime ? 

Le point fort de ce roman reste incontestablement cette écriture ciselée, caressante et incisive … cette ambivalence, cette dualité entre indécence et sensualité.  

Un univers ou l’indifférence n’a pas sa place !! 

Conquise !!

26112019-DSC_9404-1-3 mini

P 96 « Delphine se sentait emportée dans le passé, le crayon jouait les machines à remonter le temps ; en deux heures, il allait refaçonner son corps, passer par tous les états qu’il avait connus, revisiter quinze ans de vie. Au fur et à mesure que les crayons traçaient les lignes, appuyaient les formes, les ombres, les lumières, elle revivait une nouvelle puberté. Le crayon  opérait une sorte de chirurgie, esthétique et réparatrice, du corps et de l’âme, et les mains de Franck, qui ne touchaient ni son être de chair ni son être de papier, avaient pourtant le pouvoir de faire d’elle une femme. Ses mains aux ongles noircis comme celles d’un mécano, et fines, délicates, comme celles d’un esthète. Des mains sans discriminations, un livre ouvert, avec ses couleurs, ses encres, ses lignes nombreuses, ses histoires.
Quand l’oeuvre fut achevée, Delphine remit le peignoir et Franck invita à regarder le résultat : son corps était beau, reconstruit, sans tâche. »

 

P 21 « Elle eut envie de s’offrir un luxe pour une fois, celui de se reposer un peu, pas longtemps, se reposer des retentissements contre le sort injuste qui donne toujours aux mêmes, se reposer de la colère contre ses parents, pauvres et peu aimants, contre Eric qui l’avait quittée alors qu’elle l’avait tellement aimé, se reposer des pensées négatives qui disent que l’avenir n’apportera rien de bon; elle eut envie de s’offrir un luxe : une parenthèse joyeuse, un peu de rire peut-être , et du plaisir. Savait-elle seulement encore ce que c’était ? Elle eut une crainte soudain : aigrie depuis si longtemps, coincée dans sa vie sans avenir, savait-elle encore faire jouir ? »

26112019-DSC_9378-1 mini

P 67 « Et le voilà au mois d’aout, au bord de quitter son état de puceau. C’est elle qui l’a invité et elle doit le trouver ridicule, planté devant elle, aussi intimidé qu’excité devant ce qu’il devinait seulement sous ses vêtements et qui se réel être un corps de femme : elle a retiré sans complexe sa robe et ses sous-vêtements, dévoilant de lourds seins blancs à la rondeur de fruits qu’il n’osera peut-être pas croquer, un triangle qui fait perdre le Nord à l’aiguille affolée de sa boussole, un puit sans fond peut-être où il craint d’être englouti, des lignes inconnus et harmonieuses qui suivent le contour des épaules, le buste étroit, les hanches plus larges déjà prêtes pour l’enfantement, des cuisses fermes, et que ses doigts semblent autorisés à redessiner. »

P 129 « Il fit quelques photos, dont il se prétendit satisfait, et posa l’appareil. Il s’approcha de Delphine pour l’embrasser. 

« Non. Pas sur la bouche, lui dit-elle. Laisse-moi faire. »

Ne pas le laisser prendre le pouvoir. Le soumettre, le rendre prisonnier de son désir. Le tenter et le frustrer. Prends garde à toi … Si tu aimes … Faire courir la bête, l’échauffer et la tuer. Docile, il attendit, un peu surpris. Delphine ôta le soutien-gorge ; cela fit à peine retomber sa belle poitrine ferme, mais l’éclosion. Des boutons de rose ainsi libérés émerveilla Alex et provoqua une envie de possession. » 

Edition : Remanence, collection Regards

Genre : Roman

Publié en 2019

Photo de couverture Alban Wassenhove

RENCONTRE avec l’auteur … Quelques questions pour tenter de découvrir qui se cache derrière le livre !!

Interview à retrouver dans la chronique « Dans la peau »du même auteure.

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :