Soixante minutes … Jean Chavot

Soixante nouvelles
Soixante minutes volés à « l’instant présent » !!
Une écriture subtile et délicate qui nous « dépose« , à chaque nouvelle, à la découverte
de « petits bonheurs » … de plaisirs simples, drôles, futiles, poétiques, tendres, insolites,
Il n’y a là … rien de dramatique … juste La Vie !!

Un plaisir apaisant !! Soixante minutes en mode « pause » …

DSC_1090 1-2 mini
p 106
Selon Jean
« Dieu roule un atome entre ses doigts, le regard perdu dans l’univers en expansion. Bien malin qui pourrait dire à quoi il pense.
Peut-être fait-il ses comptes ? C’est qu’il ne s’agirait pas d’oublier la moindre particule. La question revêt une certaine gravité. »

p 24
Averse
« Depuis des jours et des jours, le ciel était lourd, la chaleur écrasante. En fin d’après-midi, de-ci, de-là, quelques grosses gouttes sont arrivées
en éclaireur, grains de beauté sur le bitume. Les arbres du square se sont figés, attentifs. La rue a dressé l’oreille dans l’air frémissant.
Puis elle est venue, débordant du ciel trop plein, sans victoire, sans éclats, sans tonnerre, avec la seule majestueuse puissance acquise de la gravité. »

DSC_2228 2 fin mini
p 28
Le coucher
« Un soir d’été, entre chien et loup, je quitte le boulevard de Sébastopol pour tourner dans la rue-aux-Ours alors que les réverbères s’allument. Cette
courte traverse aux allures d’aventure finit aux pieds d’une belle bâtisse en pierre de trois étages qui borde la rue Beaubourg. Un feu rouge m’arrête
derrière d’autres voitures. Je lève les yeux vers les trois hautes fenêtres du premier étage dont l’une vient de s’éclairer. Une femme apparaît de profil
dans l’encadrement. Une mousseline aussi transparente que les vitres dorées par le couchant révèle plus qu’elle ne couvre sa nudité. Elle entreprend de lisser ses longs cheveux
blonds, d’abord d’un côté, en accompagnant la brosse de l’autre main qui caresse le flot de mèches de l’intérieur, puis elle renverse la vague .… »

DSC_1101 mini

p 45
Simple visite
« Enfin, tu es venue dans la maison que j’ai préparé pour toi. Tu en auras mis du temps, des obstacles, des manières. Il m’en aura fallu
de la patience, de la volonté, des efforts. Mais c’est aujourd’hui le début du bonheur promis. Tu es là. Je suis heureux.
Tu furètes, tu commentes, tu papillonnes, tu fais comme chez toi. Je te regarde, je t’écoute. Tu es là, apprivoisée, charmante.
Je devrais être heureux.
Tu t’allonges sur le lit, …. »

http://editionsquadrature.be/quadrature-qui/

Edition Quadrature 

Publié en 2019 

Genre : Nouvelles 

Photographie de couverture : Jean Chavot

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :