SEUL Confusion Tome 3 … Belisa Wagner

Un vrai plaisir de retrouver Geoffrey Edelmann et de le suivre dans sa nouvelle aventure …
Une aventure … trépidante et cauchemardesque !!
Des disparitions … des morts ... et puis ses dossiers d’adoption retrouvés !! Que se cache t’il derrière tout cela ??

Geoffrey reste le personnage central de cette nouvelle épopée mais avec des personnages secondaires plus « étoffés » que dans les deux précédents Tome.
Toujours une quête du bonheur … mais ponctués et troublés par des rebondissements surprenants !!
Une intrigue captivante et bien ficelée … des voyages entre les Etats Unis, Hawaï et la France !!
Et un dénouement imprévisible !!

Une écriture agréable et efficace et un rythme soutenu en début et fin de livre qui nous emporte …
Et cette question qui nous tenaille. Geoffrey trouvera t’il la paix et le bonheur de vivre, tranquille et apaisé en famille ??

La fin d’une Trilogie avec un grand T !!!!

DSC_2921 Seul 1 mini

p 9 « Depuis l’arrivée de Geoffrey sur le continent américain, il s’était écoulé six mois, six mois de bonheur, de tendresse et de tranquillité.
Pourtant les nuits étaient perturbées par les pleurs d’Amber et de Nathaniel et les jours par une course effrénée après le temps pour réussir à
remplir toutes les tâches du quotidien imposées par l’arrivée de deux enfants au sein d’une famille. Ania était pour beaucoup dans cette béatitude.
Elle était merveilleuse, comme à son habitude. Elle avait accueilli ces deux petits êtres comme un don du ciel. Depuis, elle n’oubliait jamais de
franchir la porte de l’église pour remercier Dieu de lui avoir permis d’élever ces deux enfants alors qu’elle avait accepté son sort de femme stérile. »

DSC_2960 fin mini
p 34 « Après une dizaine de minutes, l’homme ressortit, chargé d’une valise et d’un grand sac fourre-tout. Geoffrey ne put voir ce qu’il contenait. Il paya ses
consommations, reposa le journal là où il l’avait trouvé et il rejoignit la rue pour le prendre en filature. Sans précipitation, il feignit de flâner, de regarder une vitrine
ou l’architecture d’un immeuble, tout en observant du coin de l’œil sa cible. L’autre semblait tranquille. Il marchait d’un pas ralenti par le fardeau qu’il portait.
La valise était assez volumineuse et le sac semblait lourd. Il tourna à gauche, vers le centre-ville, traversa la place de la Comédie. Geoffrey faillit le perdre dans la foule
et le dédale des petites rues de Montpellier, mais s’accrocha à ses basques. »

p 47 « Ania avait obéi au médecin et était en train de lire le premier dossier qui lui était tombé sous la main, celui de Sylvia, Sylvia Langis, née le 12 juillet 1985. Et l’esprit de Geoffrey divaguait.

Il se couvrit du mieux qu’il put avec ce qui lui avait semblé être une couverture, et qui n’était qu’un plaid de voiture tout en fixant la femme qui lui ordonnait d’ouvrir la porte. Il réalisa alors
qu’il était couché sur la banquette arrière d’une voiture. Il fit un effort surhumain pour se mouvoir et soulever le loquet verrouillant la portière arrière. »

DSC_4625 mini

p 183 « Il se sentit agrippé, tiré, hissé, puis massé et enfin quelqu’un l’embrassa. Mais l’impression n’était pas celle qu’il avait habituellement lorsqu’ Ania lui donnait l’un de ses baisers,
profond, doux et aimant. Celle qui l’embrassait lui insufflait de l’air dans les poumons. Il ouvrit les yeux, effrayé par ce que l’on était en train de lui faire. Mais au lieu de réussir à parler, il
toussa et de l’eau sortit de ses poumons. Son goût acre lui rappela qu’ils avaient fait un plongeon dans la Seine et qu’il avait cherché Sylvia, en vain. Il s’assit pour regarder où il se trouvait.
Il reconnut les lieux et comprit qu’il avait été hissé sur le quai, sur la rive gauche de la Seine. »

p 278 « Sa place était située auprès d’un hublot. Il tourna son visage vers la petite fenêtre et ferma les yeux. L’avion reculait. Il effectuait sa manœuvre pour aller se mettre en bout de piste et attendre
l’autorisation de décoller. Il rouvrit les yeux. Que se passait-il ? L’avion ne se mettait toujours pas en route. Il scruta l’horizon. Il s’attendait à voir surgir des véhicules de police, sirènes hurlantes, pour venir
l’arrêter. Mais il ne vit rien. Il dirigea son regard vers l’intérieur de l’avion. Un hôtesse se dirigeait vers lui, … »

Edition : BoD 

genre : Polar Trilogie

Publié en 2018 

Photographie de couverture : Vérone Lix’elle

RENCONTRE avec l’auteure … Quelques questions pour tenter de découvrir qui se cache derrière le livre !!

Interview à trouver dans la chronique « SEUL Révélation » Tome 2 du même auteure.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :