Le grand bateau … Jean Paul Croizé

Un vrai plaisir de retrouver l’univers de Jean Paul Croizé … son amour des femmes … des sentiments … des émotions …
Un doux voyage où les sensations sont « décortiquées » avec passion

Une errance amoureuse entre deux femmes, Zora et Agathe … deux villes, Cherbourg et Paris … deux vies .. et cette envie dévorante et obsédante de tout posséder au risque de tout perdre … se perdre aussi …
Un hymne à l’amour, à la passion, aimer sans contrepartie … aimer sans comprendre … au risque aussi de se brûler !!

Il y a Zora … il y a Agathe … mais il y a aussi Ben et Norbert !!!
La vie que l’on dévore à pleines dents et où … peut être l’on passe à côté de l’essentiel !! Ne pas savoir se poser et oser déguster la vie !!

J’ai aimé ce beau voyage … cette belle traversée, se laisser cueillir et s’envoler …
Et puis il y a Cherbourg ma ville natale. Comment rester insensible ?

Un beau roman … d’amour, de passion … à découvrir !

DSC_9162 final mini
p 201 « Il avait goûté à nouveau le trouble que lui procurait autrefois, à chaque réveil, la vision de ses épaules nues qui dépassaient de la couette. Ses épaules à la couleur de miel qui contrastait magnifiquement
avec le noir de ses cheveux. Ce dos, qui faisait tout d’abord penser à celui d’une adolescente, avant qu’il cède au besoin de l’embrasser, de caresser sa peau avec ses lèvres, jusqu’au creux de ses reins.
Il aimait y voir apparaître ces frissons, ceux d’une femme et non plus d’une enfant, et de sentir naître sous sa bouche les élans qui lui feraient oublier tout ce qui n’était pas désir d’elle. »

p 19 « C’était ce qui l’avait attiré en premier. Il y avait cette ombre de détresse dans son regard, au-delà du plaisir qu’elle éprouvait à se voir admirée.
Contrairement à beaucoup d’autres visiteurs ce jour-là, elle n’avait pas eu peur de lui. L’écrivain qu’il était ne l’intimidait pas. Au contraire. Plus que de le lire, il lui avait semblé qu’elle avait envie de le connaître.
Comme si elle avait voulu se mesurer à lui intellectuellement. Il avait presque vu de l’insolence dans son regard. Elle avait semblé lui lancer un défi. Elle voulait voir si elle pouvait parler à armes égales avec un romancier. »

 

p 55 Cherbourg « Paul aime profondément cette ville du Cotentin, injustement considérée comme l’endroit français où il pleut le plus souvent, où il fait le plus frais,le vent n’arrête jamais de soufrer,
où le ciel est uniformément gris, où les gens sont tristes. C’est complètement faux, quoi qu’en disent les cartes météo que l’on voit à la télé. Paul aime emplir ses poumons à plein de l’air iodé qui parfume
toute la ville. Il adore s’imprégner de ce parfum de mer quand il va s’aérer le long de la voie piétonne qui borde la grande rade. »

p 22 « Cela avait été une de ces erreurs sentimentales, de celles qui peuvent naître comme une jolie bulle de couleur, une rencontre, deux ou trois discussions géniales, la
relation physique qui fait vibrer, mais qui, très vite, trop vite, donne l’envie d’être ailleurs. D’aller retrouver les copains, ou d’être amoureux de quelqu’un d’autre, d’une autre,
encore inconnue, celle qui serait mieux capable de vous emmener plus loin et plus haut dans les sentiments. »

DSC_9196 final mini

p 25 « Avait-elle changé d’avis, allait-elle le laisser ? Elle avait son téléphone, mais lui n’avait pas le sien. » … « Si elle ne venait pas, il n’aurait aucun moyen de lui demander pourquoi. » …
« L’angoisse cessait d’être plaisante. Le bistrot lui avait semblé devenir gris, tout d’un coup. Il avait trop envie de connaitre cette femme. Si elle ne venait pas,
il en aurait pour des semaines à la regretter, à l’espérer. Cela serait difficile à vivre.
Mais d’un seul coup, les conversations étaient redevenues gaies. L’ambiance retrouvait l’allégresse insouciante qui faisait le plaisir de subir ce vacarme. La joie
se lisait de nouveau sur le visage de ces clients qui s’installaient de plus en plus nombreux, les éclats de rire fusaient de partout, tout chantait la joie de se
retrouver pour se faire un petit plat, suivant l’expression consacrée : elle venait de pousser la porte. »

Edition : Ovadia … « J’ai envie de vous dire » Collection dirigée par Frédéric Ovadia

Genre : Roman

Publié en 2018

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :