Les Amants de l’été 44 … Karine Lebert

Un roman d’amour … un roman historique … une épopée familiale

Au fil des pages … Un vrai plaisir de passer d’une époque à l’autre … 19442000 et de
suivre le déroulement d’une même histoire à travers deux personnages différents, liés par le sang …
L’une se raconte, l’autre est en quêtePhilippine et Gemma

On y découvre un pan de l’histoire, l’après-guerre et « l’occupation » américaine !! Les GI’s pas toujours respectueux et bienveillants !!
La famine … la misère dans les villages Normands. Une vie d’après guerre rude et faites de désillusions
Puis ces femmes normandes éprisent et mariées à des GI’s, les « war brides« . Trouveront elles le bonheur ?? Partiront elles en Amérique ??

Une écriture agréablejuste … et envoûtante … avec des personnages attachants, forts et « vivants » …
Un rythme rapide, enthousiasmant et un récit qui nous embarque dans une autre époque … où les secrets et les non dit sont tenaces !!

J’ai adoré me laisser bercer au rythme de ces deux femmes … de découvrir la Normandie à travers leurs regards …
un vrai bonheur teinté néanmoins de frustration en constatant que la suite serait dans le Tome 2 !!!
Un joli coup de cœur …

DSC_2858 final mini

p 12 « Des jeunes femmes passèrent devant eux avec des poussettes ; elles se dirigeaient vers les jeux d’enfants où elles s’installeraient sur des bancs pour discuter de
problèmes étrangers à l’univers de Gemma. Elle ne les enviait pas : comment pouvait-on se satisfaire d’être uniquement mère et épouse ?« 

p 64 « Nous sortons peu, repliées sur notre peine silencieuse. Je refuse de prêter attention aux règlements de comptes qui s’opèrent dans le village sinistré : les femmes tondues, les vengeances personnelles,
justifiées ou pas. Je me contente de parcourir le premier numéro du Pays d’Auge qui parait le 2 septembre : « Le capitaine de service de la sécurité anglaise interdit formellement que des sanctions soient prises contre les
femmes susceptibles d’avoir eu des complaisances envers les Allemands. Seules les autorités anglaises et la gendarmerie française ont qualité pour répression. » »

DSC_1636 final mini
p 225 « Décidément, la Normandie recelait des lieux d’exception ! Gemma ne s’attendait pas à découvrir un patrimoine aussi pittoresque en arrivant à Barfleur, lieu classé comme l’un des « plus beaux villages de France« . Face au petit port
de pêche, les maisons en granit s’alignaient. Tout en pestant pour trouver une place de stationnement, la jeune femme longea une église qui lui parut curieuse avec son clocher sans flèche.
A son sommet, flottait le drapeau normand. En sortant de sa voiture elle huma avec plaisir l’air marin puis se dirigea vers l’église Saint-Nicolas située tout au bout du village. On l’aurait presque cru fortifiée. »

p 95 « Mon père n’est pas saoul comme certains GI’s le croient, il est furieux et désespéré. Il a prononcé chevinguegomme. Pourtant, ni ma mère ni moi n’avons envie de rire. Nous sommes bouleversées.
J’ai appris qu’on a distribué aux GI’s un manuel dans lequel les Normands sont décrits comme « réservés et taciturnes ». Ils doivent penser que mon père a des origines méditerranéennes pour se montrer aussi expansif et même vindicatif ! »

DSC_2866 final mini

p 143 « Dans tout le pays, l’état de grâce qui a suivi la libération s’essouffle. Les Français ont faim et soif, l’économie est au point mort. Les gens manquent de tout : de blé, de beurre, de viande, de charbon, de vêtements …
J’ai lu dans Le Pays d’Auge le témoignage d’une Rouennaise disant qu’elle souffre davantage de la faim aujourd’hui que durant l’occupation. Il y a des manifestations et même des pillages à Marseille, à Paris et à Lyon.
A la campagne, la situation est moins pénible, surtout pour ceux, comme nous, auxquels les Américains apportent leur aide. Mais il y a quand même trop de différences entre les Normands et les Alliés.
Partout règnent un sentiment d’injustice et de la rancœur.
– Une seconde occupation nous prend en otage, déclare mon oncle Henri. »

p 197 « Je sais aussi par Ethan que des tracts ont été lancés sur la ligne de front proposant aux Allemands de capituler contre des soins. Est-ce juste ou pas ? Pas pour les Français ! Des mots affreux
m’arrivent aux oreilles : plus de mille prostituées, des truands, arme au poing. Un trafic sans fin. Une ville livrée à la racaille. Des rues chaudes. Du sang sur le trottoir … Je voudrais me boucher les oreilles et hurler que ce n’est pas vrai.
Hélas, je sais qu’il y a une part de vérité dans ces plaintes. Beaucoup de GI’s ont un comportement déplorable. Mais Ethan n’appartient pas à cette catégorie. »

DSC_1474 1mini
Phare de Gatteville

p 263 « Les autres war brides, curieuses, bavardent, frémissantes de vie et de questions, se rassemblent autour de moi comme si j’étais la gardienne de leur troupeau d’oies. En effet, ça caquette fort. Je suis cependant conquise par leur évident bonheur d’être là. J’espère bientôt leur ressembler. »

Edition : Presse de la cité collection Terres de France

Genre : Roman historique

Publié en 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :