La légende de Keylana … Christelle Muller

Une plongée dans un monde fantastique et « fantasmé » …
Une histoire de légende d’amour ?? Un combat … une quête ??
Que de questions …

On y découvre des personnages « surnaturels » et énigmatiques
Une belle écriture … fluide et agréable même si il m’a manqué un peu d’émotions … et de relief !!
Un rythme intense et mystérieux … où malheureusement on survole un peu les choses …
Je n’ai pas été complètement embarquée par le récit, sans doute du à cette histoire d’amour un peu trop « fleur bleue » mais qui devrait néanmoins
plaire aux jeunes lecteurs !!
J’ai par contre était fascinée par cette histoire de voyage à travers les livres !! Qui n’a pas rêvé de plonger dans son livre préféré ?
Un voyage séduisant … Un doux fantasme !!

Un « bonbon » littéraire où les mots tourbillonnent !! Un moment agréable où le temps reste suspendu …
Un roman fantastique à conseiller à nos jeunes lecteurs …

DSC_2016 1-2 final mini

p : 5 « Je m’appelle Keylana James et j’ai 21 ans. … Mon histoire était la même que celle de millions de filles de mon âge. J’habitais une petite ville de province, j’allais à l’université pour
étudier la littérature dans l’espoir d’ouvrir un jour une librairie, j’étais amoureuse d’un garçon et mon plus gros problème était de savoir s’il m’inviterait enfin à sortir avec lui.
Je vivais ma vie paisiblement dans l’insouciance, inconsciente des terribles choses qui se passaient tout à côté.
Tout bascula ce 15 juin 2011, jour de mes vingt et un an. »

p 29 « Sur la page, devant mes yeux ébahis, les mots s’animèrent. Les uns à la suite des autres telle une armée de soldats marchant au pas, ils se déplacèrent, doucement d’abord puis
de plus en plus vite, jusqu’à former un tourbillon de mots qui m’aspira. Prise dans cette folie et incapable de m’en échapper, j’étais malmenée, ballottée comme si je me trouvais dans le tambour d’une machine
à laver en plein essorage. Impossible de me raccrocher à quelque chose pour me stabiliser, je ne pouvais rien faire d’autre qu’attendre que ce cauchemar cesse. »

p 48 « Surprise, je bondis du siège et me précipitai à l’endroit exact où il se tenait quelques instants plus tôt. Plus aucune trace. Il s’était volatilisé et personne n’avait rien vu. Personne sauf moi.
Tout à coup, le pendentif vibra contre ma peau et la lumière se fit dans mon esprit. C’était l’homme que j’avais croisé lors du deuxième voyage, l’homme qui m’observait dans la rue bondée.
Et il en était un lui aussi.
Un voyageur … »

DSC_1987 final mini

p 59 « – Tu dois savoir que chaque livre est une porte d’entrée vers un nouveau monde et qu’ils sont tous reliés entre eux. Avec un peu d’entraînement, tu voyageras de l’un à l’autre, m’apprit Joshua.
– Que sont-ils ?
– Quand un écrivain écrit une histoire, il crée un monde. Il y a autant de mondes qu’il y a d’histoires, déclara-t-il.
Je ne pus réprimer un hoquet de surprise. Tous ces romans que j’avais dévorés étaient tous des mondes réels ? »

p 100 « Je me ruai sous la douche pour effacer l’odeur pestilentielle de cet endroit, et me lavai plusieurs fois tant elle persistait. J’étais terrorisée. J’avais bien compris qu’il y avait autant de
mondes que de romans, mais je n’avais pas saisi l’étendue de cette information. Je n’avais pas intégré que des monstres de ce genre pouvaient exister en chair et en os, et en 3D, et j’étais loin d’imaginer les créatures,
toutes plus horribles les unes que les autres, qui prenaient vie sous la plume des écrivains. »

p 129 « A l’intérieur, le BooksCafé était plus moderne que je ne l’avais pensé. Je m’étais imaginé un endroit sinistre, froid et peu agréable, je m’étais trompée. La droite du magasin abritait des rayons de livres comme dans
n’importe quelle bibliothèque et l’autre côté plus à gauche recouvrait la partie café avec le comptoir, quelques tables et des fauteuils dans lesquels j’aurais adoré me pelotonner. L’endroit était imprégné d’une
odeur faite d’un mélange de café et de vieux bois. Vraiment très sympathique … si l’on oubliait les voyageurs agressifs tout autour. »

Première rencontre avec l’auteure au salon du livre de Pierre (28) … Février 2018

Publié en 2017

Genre : Roman fantastique jeunesse

 

RENCONTRE avec l’auteure … Quelques questions pour tenter de découvrir qui se cache derrière le livre !!

Quel est votre premier écrit ? votre premier texte ?

Une histoire écrite vers les 7 – 8 ans, ça compte ? C’est celui-ci mon premier texte et j’en garde une image très nette dans mon esprit, c’est drôle. Je ne l’ai jamais terminé. Et il y a eu une nouvelle pour participer à un concours, il y a plusieurs années. Je ne me rappelle plus très bien de l’histoire. C’était un voyage en mer, je crois.

Ensuite, je me suis mise à l’écriture de roman.

Votre plus beau souvenir de jeune  lectrice ?

Ma mère ma offert plusieurs livres qui mont offert des souvenirs mémorables. Il mest difficile de les départager. Alors en voici deux : « La caverne » de Kathleen Karr, pour cette magnifique caverne qui ma subjugué et offert une bouffée dair, et « Verte » de Marie Desplechin pour ses voyages dans létrange fumée verte. Et je ne peux pas ne pas citer « Charlie et la chocolaterie » de Roald Dahl.

Le livre qui vous a « déstabilisé » ? et pourquoi ?

Je n’ai pas de nom de roman qui me vient. Mais un livre qui m’a déstabilisé autre qu’un roman, c’est « Karine après la vie » de Didier Van Cauwelaert, cette jeune femme décédée brutalement qui envoie des messages à ses parents.

Ecrire, vous donne l’illusion de quoi ?

Ecrire me donne l’illusion de voyager, de vivre d’autres vies, de vivre des choses que je n’aurai jamais pu vivre autrement, d’avoir une vie bien remplie, d’avoir trouvé ma voie.

Quel est votre thématique, votre genre littéraire (polar, roman historique, …), ce qui vous inspire et pourquoi ?

Jadore les histoires fantastiques et les belles romances, jaime tout ce qui me sort du réel pour memmener dans des endroits plus beaux et moins effrayants. Oui, cest vrai, je trouve un vampire moins effrayant quun tueur en série.

Question bonus !
Quel est votre relation aux livres ? Pour vous un livre « heureux » est un livre corné, annoté, souligné, déformés, … ou pas ?

Je suis attachée à l’objet « livre », j’ai beaucoup de mal à me défaire de mes livres, même si c’est une histoire que je n’ai pas aimé ou un roman qui m’est tombé des mains dès les premières pages. Je n’ai pas de règles pour un livre « heureux ». Il m’arrive d’en corner, ou d’en annoter. Sauf les livres anciens. J’adore les livres anciens et en général je ne les lis même pas, mais l’objet, savoir qu’il a parfois plus de cent ans, me fascine.

Merci Christelle d’avoir accepté de répondre à ces quelques questions.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :