Tu m’en diras des nouvelles … Régine Thieulent-Torréton

Des nouvelles, courtes et percutantes
Des histoires tendrestouchantescocassestroublantes
Des instants de vie banals ou parfois un peu insolites …

Une écriture légère et « volatile » … douce et « sans jugement » … on pose les mots tout simplement …
mais le ton peut aussi se durcir et l’écriture devient un peu plus incisive … un peu plus mordante … et arrivent les coups de gueule !!

Et peut être une question ?? Doit on vraiment se fier aux apparences ?? Le jugement est-il vraiment nécessaire ?

Un joli moment de lecture … une petite « friandise » sauce aigre-douce … que j’ai savouré avec plaisir ... un sourire au coin des lèvres …

DSC_0246 1-2 final mini
p 99 La foire à tout, même au pire « Dans l’allée d’en face, un peu sur sa droite, ses yeux s’arrêtèrent sur celui qui devait être le vendeur. Le regard aimanté, elle n’arrivait plus à se détacher de l’exposant, tant elle était étonnée : un Noir
Un Noir, ici, en pleine campagne, dans un bourg d’à peine mille habitants ! Décidément, cette foire porte bien son nom ! Elle finit par détourner le regard pour examiner la jeune femme qui semblait l’accompagner. Elle était blanche. Quelle idée de
se mettre avec un étranger ! continua-t-elle de pense. Voilà que maintenant les noirs quittent la ville pour venir s’installer dans ce qu’il reste de nature ! Bon, celui-là est métis, c’est déjà ça ! « 

p 60 Césario « Le musicien l’écoutait entre deux passages d’un site à un autre. Mais c’est à quelques mètres de l’ancien beffroi de la ville qu’il eut cette réflexion, levant les yeux vers la grosse horloge qui donne son nom à la rue :
– Tu vois, je suis comme elle. Une seule aiguille tourne sur le cadran, ainsi les minutes ne cherchent pas à rattraper les heures. Je n’ai jamais cherché à rattraper mes émotions, ou plutôt, j’ai choisi de ne pas le faire.
J’ai toujours poursuivi ma route, passant souvent au même endroit, toujours libre de ne m’arrêter qu’une seconde, une minute ou une heure. Mon temps se calcule en croches, en noires, en blanches et … en silence. »

 

DSC_0251 mini

p 86 Pomme d’Amour « Un brouillard étrange voile ses yeux … La nuit, le ciel, un monde ailleurs, et là, sur cette terre, dans cette ville, sur un quai de la Seine, lui, clochard sans famille, sans ami, sans amour, seul au milieu de la fête foraine … Les
tentacules du grand manèges s’élancent vers les nuages, elles montent, descendent, virevoltent, reculent. Ses idées se brouillent. Il avance vers d’autres attractions. La Chenille Infernale tourne à toute vitesse, vite, très vite, toujours plus vite
et dans sa tête les idées se mélangent, s’entrechoquent, tourbillonnent.
Des lumières clignotent, mille étoiles multicolores scintillent, brillent encore, rouges, orange, vertes … Des lueurs blanches crépitent dans sa tête. Flash ; éblouissement. Flash-back ; étourdissement. Souvenirs, souvenirs … douleur. »

p 91 Le train des apparences « Un homme arrive à ma hauteur avec de gros gants de cuir, en plein été. Une réincarnation de « Jack l’Éventreur »? Il marche doucement, son pas est anormalement lent. Il regarde les gens. Repère-t-il sa proie ? Son regard est
glauque.
Baisser les yeux, surtout ne pas croiser les siens. Sait-on jamais ? J’ai envie de fuir comme un chat qui sent le poivre. Tu es folle, que t’arrive-t-il, ce n’est pas la première fois que tu prends le train ? Pourquoi tant de méfiance ? J’ai l’imagination qui court
à la vitesse du TGV ! Il est passé … Il avance sur le quai … Sauvée ! »

Edition : Cogito

Genre : Nouvelles

Publié en 2017

RENCONTRE avec l’auteur … Quelques questions pour tenter de découvrir qui se cache derrière le livre !!

Quel est votre premier écrit ? votre premier texte ?
Je crois que mon 1er texte était un poème sur la nature écrit à l’école primaire. C’était un devoir, mais ça m’a plu et j’ai continué.

Votre plus beau souvenir de jeune lectrice ?
Mes lectures de petite fille tournaient toutes autour des chevaux, Je me souviens très bien de « l’étalon noir » de Walter Farley et toute la série des « Flamme » dans la bibliothèque verte. J’ai encore les livres.

Le livre qui vous a « déstabilisé » ? et pourquoi ?
Difficile de répondre à la troisième question car « déstabilisé » n’est pas le mot que j’emploierais, mais bouleversé certainement, je pense à « la vie devant soi » de Romain Gary, mais ce n’est pas facile de faire
un choix il y avait eu aussi « Pleure ô pays bien-aimé » d’Alan Paton et dernièrement « les indésirables » de Diane Ducret qui m’a beaucoup touché également.

Ecrire, vous donne l’illusion de quoi ?
Ecrire me donne l’illusion d’être entièrement libre, de pouvoir braver tous les interdits, de pouvoir aimer, crier, dénoncer, haïr sans être jugée. Ecrire c’est aussi une façon d’exister, de se sentir vivant.

Quel est votre thématique, votre genre littéraire (polar, roman historique, …), ce qui vous inspire et pourquoi ?
J’aime beaucoup écrire des nouvelles, mais j’aime aussi d’autres genres qui n’ont rien à voir entre eux, le roman policier par exemple mais la littérature dite « blanche » aussi. Je n’ai pas envie de m’imposer
une thématique, j’aime écrire selon l’état d’esprit du moment.

Question bonus !
Quel est votre relation aux livres ? Pour vous un livre « heureux » est un livre corné, annoté, souligné, déformés, … ou pas ?
Pendant très longtemps j’ai eu un mal fou à terminer la lecture d’un livre même et surtout si je l’aimais. Arrivée une dizaine, quinzaine de pages avant la fin, je refermais le livre et reculais le moment d’en finir la
lecture, j’en commençais un autre, car je ressentais un déchirement quand j’avais terminé. J’avais l’impression de perdre une partie de moi-même ou un ami je ne saurais pas trop l’expliquer. Maintenant ça va mieux,
même si je ressens toujours un petit pincement quand j’ai fini un livre.
Il m’arrive de faire des petites cornes mais très discrètes ou de mettre une croix au crayon en face d’un passage, mais j’essaie plutôt de prendre des notes. En revanche je ne me sépare pas des livres que j’ai lu,
j’ai besoin de pouvoir les retrouver, ce qui commence à poser problème à la maison …

Merci Régine d’avoir accepté de répondre à ces quelques questions.

Publicités

Un commentaire sur “Tu m’en diras des nouvelles … Régine Thieulent-Torréton

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :