De Garance à Noir d’Aniline … Murielle Rousselin-Vaudor

Un début de roman ou l’auteure plante le décor … introduit les personnages, nombreux mais liés par la même histoire, la vie dans les Indienneries de Rouen

Un roman historique avec comme fil conducteur la famille Rondeaux , famille de notable et propriétaire d’Indienneries
Une plongée dans la fin du XIX è siecle … 30 ans d’histoires vécus à Rouen … le HoulmePissy Pôvillela Seine Inférieur …

On revit à travers les personnages quelques moments important de cette époque … l’Exposition universelle de 1867 … la guerre Franco- Prusse, l’occupation … mai 1868 la visite de Napoléon III à la cathédrale de Rouen … l’apogée de
l’industrie textile puis son déclin …
Un roman historique bien documenté et précis dans les faits, historiques et techniques de l’impression du textile …

Une belle écriture … fluide et précise
Un récit minutieux ou se côtoient, se croisent , se jaugent …les patrons … et les ouvriers !!
On découvre la vie au quotidien des notables … des patrons … des ouvriers … des fermiers … la vie rurale est omni présente …

Une belle fresque pittoresque où se mêlent sentiment et histoire
Un roman qui m’a particulièrement intéressé ayant travaillé quelques années dans un laboratoire de colorants textiles !! Teinture du textile et du cuir …

Un très bon moment de lecture …

DSC_7372 final mini

p 13 « De loin, l’immense bâtiment ressemble à une arène, une arène coulée dans le verre et sertie de fer. … L’imposante construction qui couvre actuellement une grande partie du Champ de Mars, non seulement
regroupe les toutes dernières inventions, les dernières avancées de la science et de la technique, mais présente également un vaste panorama des us et coutumes pratiqués un peu partout dans les autres pays. En venant ici,
tout homme né en Europe et vivant au XIX ème siècle doit pouvoir à la fois s’étonner et s’instruire, mais aussi s’amuser et découvrir d’autres manières de vivre, de penser et d’appréhender le vaste monde. Tels sont les objectifs
que se sont fixés les organisateurs de l’Exposition universelle de 1867, voulue trois ans plus tôt par Napoléon III. »

p 30 « En plus des quelques jolies choses pouvant intéresser nos affaires, indique Henry, nous avons vu au Palais, dans la Galerie des Matières Premières, un nouveau métal qui était présenté. Cette invention qui est de
couleur grise, très légère et pourtant résistante, s’appelle « aluminium« . Je pense qu’elle va être très importante dans les années qui viendront. De nombreux objets utilisés dans la vie quotidienne pourront être fabriqués
dans cette matière, car au contraire du fer, l’aluminium ne rouille pas … »

DSC_7368 final mini bis

 

p 57 « Dans le but de réorganiser l’armée, le 7 octobre, un homme politique nommé Léon Gambetta s’est enfui de Paris en ballon pour rejoindre Tours. … Mais les Prussiens continuent de gagner du terrain, malgré la résistance et la bravoure de nos soldats.
Ainsi le 27 septembre, la ville de Strasbourg qui était assiégée depuis le 20 août et qui a subi depuis cette date de lourds bombardements, a dû capituler … Le 28 septembre, des soldats prussiens ont été signalés aux environs de Mantes, une
ville près de Paris. Aux dernières nouvelles, ils ont été vus dans le département de l’Eure, ce qui veut dire qu’ils ne sont pas loin de chez nous … « 

p 85 « L’ancien à peine parti, le contremaître Picot met le jeune Deleau tout de suite dans le bain. Tout d’abord, il demande à voir son livret d’ouvrier, document que tout salarié doit avoir en sa possession sous peine
d’être considéré comme vagabond par la maréchaussée. »

DSC_7361 final mini

p 86 « Avant de passer à l’impression, la toile doit subir toute une série de lavages et de séchages. De sa propreté et de la finesse de son grain vont dépendre la qualité du motif imprimé et sa résistance aux lavages ultérieurs.
De même, la toile n’est pas colorée directement, elle reçoit le plus souvent un traitement chimique, « le mordant« , qui va permettre de mieux fixer la couleur, puis elle est plongée dans un ou plusieurs bains de teinture. »

DSC_7633 final mini

p 99 « Au même moment, à quelques kilomètres de là, Henry Rondeaux et Jean Reber se trouvent dans la cuisine aux couleurs. Pour la circonstance, les deux hommes ont tombé la veste, retroussé leurs manches et ont ceint un grand tablier qui va protéger leurs
habits des taches éventuelles et autres éclaboussures. Cette cuisine aux couleurs est un laboratoire qui permet de fabriquer les colorants et les solutions servant à l’impression des toiles. C’est une grande pièce avec une double porte donnant sur la cour,
source d’aération indispensable pour évacuer le plus gros des odeurs tenaces des teintures et autres éléments chimiques. »

p 130 « –Angélie, va donc mettre le reste du lait au cellier !
– Et toi l‘Jules, au lieu d’béer aux corneilles, vas donc nous remplir les deux choquets d’cidre, c’est qu’i’fait soif ! lance le père qui s’est saisi du gros pain et du grand couteau posés sur le buffet. Il en coupe méthodiquement une grosse tranche à chacun, sauf aux
deux plus petits qui n’en auront que la moitié d’une. Ce sont eux qui arrivent enfin, courant et riant, suivis de leur grand frère, qui tient à deux mains sa casquette pleine de cerises.
– J’ai l’dessert ! Comme y avait une poule de partie de côté des Roger et qu’i’ restait des cerises dans le haut d’l’arbre qu’a les branches qui viennent cheu nous, j’me suis servi !
– T’as ben fait mon gars ! C’est pour la fourche que j’lui ai prêtée et qu’i’m’a jamais rendue ! »

moda-charm-pack-rouenneries-deux-group

Les Rouenneries : Toile en laine ou en coton, d’abord fabriquée à Rouen, où dominent des couleurs comme le rose, le violet et le rouge et dont les dessins ou les reliefs résultent de la disposition des fils teints avant le tissage.

Première rencontre avec l’auteure … au Festival du livre et des arts dans tous ses états à Dieppe … Avril 2017

Éditions de la Rue

Genre : Roman Historique

Publié en 2014

RENCONTRE avec l’auteure … Quelques questions pour tenter de découvrir qui se cache derrière le livre !!

Quel est votre premier écrit ? votre premier texte ?
Mon 1er texte était un poème qui avait pour titre « Ecrire », tout un programme !

Votre plus beau souvenir de jeune lectrice ?
Il y en a beaucoup… Enfant, je lisais surtout des livres ayant appartenu à des parents (livres de prix, livres illustrés, recueils de lecture…). Après, on m’en acheté quelques-uns surtout ceux de la bibliothèque rose.
Ainsi, j’ai beaucoup aimé « La ballerine de Majorque » de Paul-Jacques Bonzon et « Le jongleur à l’étoile » du même auteur, qui bien avant « La chambre des dames », m’a fait découvrir le monde passionnant du Moyen Age.

Le livre qui vous a « déstabilisé » ? et pourquoi ?
Un des livres qui m’a le plus marquée, c’est « L’enfant qui ne pleurait pas » de Tory Hayden. Quand le monde de l’enfance est confronté à l’horreur, à la cruauté, à l’indicible…

Ecrire, vous donne l’illusion de quoi ?
Ecrire me donne une sorte de pouvoir, celui de créer ou de faire revivre des personnages, de faire naître des situations. Ecrire permet de voyager dans le temps et dans l’espace, par la pensée.

Quel est votre thématique, votre genre littéraire (polar, roman historique, …), ce qui vous inspire et pourquoi ?
J’écris des romans historiques, pour le moment.

Question bonus !
Quel est votre relation aux livres ? Pour vous un livre « heureux » est un livre corné, annoté, souligné, déformés, … ou pas ?
Pour moi, le livre-objet est important : toucher un livre, c’est déjà tenter de découvrir le monde dans lequel son auteur veut nous faire plonger. J’aime le feuilleter, revenir en arrière pour relire des passages que j’ai aimés.
Je ne corne jamais un livre, j’utilise un marque-pages lorsque j’ai une lecture en cours. Sauf pour des livres servant de supports à mes recherches, je n’ai jamais souligné ou annoté un livre, une sorte de respect sans doute.
Pour moi, un livre « heureux », c’est un livre qui a passé de nombreuses heures en votre compagnie, qui souvent vous a suivi partout, ou presque, donc il en porte forcément les traces : craquelures, usures et autres déchirures !

Merci Murielle d’avoir accepté de répondre à ces quelques questions.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :